Conditions de travail / CHSCT

Toutes les actualités : Conditions de travail / CHSCT

La FNEC FP-FO et ses représentants continueront à utiliser les formations spécialisées hygiène et sécurité pour porter les revendications.
La FNEC FP-FO invite tous les personnels à se saisir des élections professionnelles en votant et en faisant voter du 1erau 8 décembre 2022 pour la FNEC FP-FO et ses syndicats.

Le gouvernement n’accorde qu’une « augmentation » de 3,5% de la valeur du point d’indice alors que l’inflation dépasse déjà les 6% pour l’année 2022, et il refuse toujours un vrai statut et un vrai salaire aux AESH.

Le nombre de postes reste insuffisant. Pire, 1700 places aux concours n’ont pas été pourvues faute de candidats. Cela signifie donc toujours plus de classes fermées, moins de remplaçants, moins de personnels RASED…

Avec sa confédération et sa fédération, le SNUDI-FO n’accepte pas la liquidation de tous les services publics dans ce pays, et en premier lieu celle de l’Ecole publique !

Pour le SNUDI-FO, l’issue pour défendre nos salaires, nos statuts, nos conditions de travail passe par la mobilisation des personnels (...) a déposé un préavis de grève qui démarre dès la rentrée !

Le SNUDI-FO portera par contre inlassablement nos revendications et ne lâchera sur aucune d’entre elles !

SOMMAIRE
Page 1 : mot de rentrée du SFD de la FNEC FP-FO 40 aux AESH des LANDES
Page 2 : mot du SFD aux AESH (suite et fin) + témoignage d’une AESH des Landes+ contacter une AESH FO
Page 3, 4 et 5 : FO défend vos revendications
Page 6 : nouveau ministre Pap Ndiaye et communiqué intersyndical
Pages 7 et 8 : élections professionnelles du 1er au 8 décembre…Vous êtes concernées !
Page 9 : témoignage d’une AESH des Landes (suite et fin)
Page 10 : FO, pour l’action commune
Page 11 : les congés scolaires 2022 /2023 + 2 dossiers FO à demander+ votre colère dans la rue ...
Page 12 : pour adhérer à Force Ouvrière

Visiblement, le gouvernement n’a toujours pas pris la mesure de l’urgence !

• Augmenter les rémunérations de toutes et tous les AESH sur toute la carrière

• Prendre en charge tous les déplacements et revaloriser les indemnités kilométriques

• Garantir l’accès à des contrats à temps complet sur la base d’un accompagnement élève à 24H

• Abandonner les PIAL et la politique de mutualisation des moyens

• Créer un corps de fonctionnaires de catégorie B.

Ce samedi 2 juillet, l'UD FO des Landes participera à la 2eme marche des Fiertés organisée par Fiertés Landes, à Saint Paul les Dax.

Rejoignez nous dès le matin, 10h, au village des fiertés, mairie de Saint Paul les Dax d'où partira  à 15h, la marche des fiertés.

Lors du 25e congrès Force Ouvrière de Rouen, de juin 2022, les délégués FO ont rappelé dans la résolution sociale (annexe 2 , circulaire n°108-2022, partie 2: lutte contre les discriminations)

« Le Congrès rappelle sa lutte ferme contre toutes les formes de discriminations notamment le racisme, l’antisémitisme, le sexisme, l’homophobie, le rejet des personnes LGBTQIA+ et la xénophobie, lutte inhérente à l’engagement syndical. »
 

Ce que veulent les personnels, c’est la satisfaction de leurs revendications :


- Ils veulent l’augmentation des salaires de tous les personnels et donc l’augmentation du point d’indice, à la hauteur des pertes subies depuis des années.

- Ils veulent le recrutement de personnels sous statut à hauteur des besoins.

- Ils veulent le respect de leurs missions, définies dans le cadre du Statut général et de leurs statuts particuliers.

- Ils veulent l’arrêt des mesures inégalitaires et en particulier la suppression du Bac Blanquer et de Parcoursup.

-Ils ne veulent pas de l’expérimentation marseillaise généralisée : l’éducation doit rester nationale, laïque et républicaine.

Canicule : c’est à l’État employeur de prendre les mesures !   | Fnec FP-FO (fo-fnecfp.fr)

La majorité des établissements et des écoles ne pourront pas faire face à cette situation climatique extrême : salles « passoires » et vétustes, avec des baies vitrées qui vont aggraver la chaleur dans les locaux, la plupart n’ayant ni rideaux occultants ni volets, climatisation inexistantes, points d’eau insuffisants... Cela vaut également dans les circonscriptions, les bureaux des DSDEN et des rectorats.
Nous vous rappelons que l’article L.4121-1 du code du travail indique que c’est « l’employeur (qui) prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs, notamment par la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés. ».

Le président-candidat Macron a dévoilé son programme concernant les enseignants et l’Ecole publique. Il se place dans la droite ligne des mesures de son ministre Blanquer que les personnels subissent depuis cinq ans et compte même les amplifier !

Dans le communiqué à lire:

  • Des écoles-entreprises autonomes contre le statut des personnels et le droit à l’instruction le même partout
  • Une logique d’évaluation managériale initiée par PPCR portée à son paroxysme
  • Pas un poste en plus… mais haro sur les personnels absents !
  • Salaires : travailler plus pour gagner plus !
  • Retraite : 65 ans !

Avec sa fédération, le SNUDI-FO réaffirme toutes ses revendications qu’elle fera valoir sans relâche avant, pendant et après les élections :
- Abandon de la loi Rilhac et de l’expérimentation marseillaise ! Stop à la territorialisation de l’Ecole !
- Arrêt des évaluations d’école et de la logique managériale de PPCR et du Grenelle !
- Arrêt des fermetures de classes ! Ouvertures de toutes les classes et de tous les postes nécessaires ! Recrutement immédiat de personnels sous statut !
- Augmentation de la valeur du point d’indice de 22% ! Augmentation immédiate indiciaire de 183€ nets mensuels pour tous les personnels !
- Aucun nouveau recul de l’âge de départ à la retraite ! Abrogation de toutes les lois s’étant attaquées à nos retraites (Fillon-Chirac 2003, Woerth-Sarkozy 2010, Ayrault-Hollande 2013…) !

Le 3 février dernier, le Premier ministre annonçait une revalorisation du barème kilométrique à hauteur de 10% pour l’imposition des revenus de l’année 2021. Celle-ci doit permettre aux salariés, recourant à un véhicule personnel à des fins professionnelles et optant pour la déduction des frais réels dans le cadre de leur déclaration des revenus, de « supporter » la forte augmentation des prix des carburants au titre de 2021. Il ne vous aura pas échappé, depuis le début de l’année 2022, que les prix des carburants continuent d’augmenter, allant de records en records.
En revanche, aucune annonce n’a été évoquée, en parallèle, sur la possibilité de revaloriser les taux des indemnités kilométriques prévues à l'article 10 du décret n° 2006-781 du 3 juillet 2006 fixant les conditions et les modalités de règlement des frais occasionnés par les déplacements temporaires des personnels de l'Etat.

Cette indemnité kilométrique, commune à tous les agents de la fonction publique, n’a pas été revalorisée depuis 2019 alors que le prix des carburants a augmenté pour la seule année 2021 de 25% en moyenne. Même si cette indemnité ne couvre en aucun cas la dépense réelle engagée par les agents, cette dernière pèse de plus en plus fortement sur le pouvoir d'achat des personnels, et ce, dans un contexte particulièrement marqué par le gel du point d'indice et par l’absence de revalorisation des régimes indemnitaires dans la fonction publique.

Force Ouvrière revendique une revalorisation immédiate et significative de ces indemnités.

Nos revendications :

• L'abandon des protocoles inapplicables
• La création de tous les postes nécessaires
• L'arrêt des fermetures de classe et l'ouverture de toutes les classes et tous les postes
nécessaires
• L'appel à toutes les listes complémentaires aux concours et le réabondement de celles-ci à
hauteur des moyens et la titularisation des contractuels qui le souhaitent
• La réintégration de tous les personnels suspendus
• L'augmentation des salaires de tous
• La création d'un vrai statut pour les AESH et les AED
• Le retour à des épreuves du baccalauréat anonymes, terminales et nationales

Son mépris:

« Pendant la seconde guerre mondiale, les habitants de Londres ne se plaignaient pas auprès de Winston Churchill du bruit des avions la nuit… »
Jean-Michel Blanquer lors du point « sanitaire » du 11 février

Haut de page