Personnels

Toutes les actualités : Personnels

Salaires : leur hausse est une urgence - Force Ouvrière (force-ouvriere.fr)

FO a réaffirmé que la question de l’augmentation des salaires est une urgence absolue, dans le contexte actuel d’accélération de l’inflation, ce qui doit passer par un coup de pouce au SMIC, le relèvement de la valeur du point d’indice dans la Fonction publique, l’ouverture de négociations de salaires dans les branches et les entreprises, une réelle revalorisation des pensions de retraite.

extraits:

(...) Nous avons besoin d’un service public de l’Education renforcé.

La multiplication des réformes imposées à marche forcée et le manque chronique de moyens ont dégradé les conditions de travail des personnels et des élèves.

Une politique salariale inadaptée aux défis des rémunérations des personnels a conduit à un recul du niveau de vie des personnels.

Avec la chute importante du nombre de présents aux concours de recrutement, : des personnels vont manquer pour la rentrée 2022.

Il est nécessaire de mobiliser des moyens notamment en pérennisant partout où elles existent les listes complémentaires en y recourant en première intention. Il faut également dès maintenant renouveler les contractuels mobilisés pour assurer les remplacements cette année.

Dans l’immédiat, nous demandons un moratoire sur les suppressions de postes présentées dans les comités techniques malgré l’avis défavorable des organisations syndicales. Les dotations doivent être abondées pour tous les personnels.

Signez la pétition en ligne ICI ou là https://vu.fr/VZmi

Le président-candidat Macron a dévoilé son programme concernant les enseignants et l’Ecole publique. Il se place dans la droite ligne des mesures de son ministre Blanquer que les personnels subissent depuis cinq ans et compte même les amplifier !

Dans le communiqué à lire:

  • Des écoles-entreprises autonomes contre le statut des personnels et le droit à l’instruction le même partout
  • Une logique d’évaluation managériale initiée par PPCR portée à son paroxysme
  • Pas un poste en plus… mais haro sur les personnels absents !
  • Salaires : travailler plus pour gagner plus !
  • Retraite : 65 ans !

Avec sa fédération, le SNUDI-FO réaffirme toutes ses revendications qu’elle fera valoir sans relâche avant, pendant et après les élections :
- Abandon de la loi Rilhac et de l’expérimentation marseillaise ! Stop à la territorialisation de l’Ecole !
- Arrêt des évaluations d’école et de la logique managériale de PPCR et du Grenelle !
- Arrêt des fermetures de classes ! Ouvertures de toutes les classes et de tous les postes nécessaires ! Recrutement immédiat de personnels sous statut !
- Augmentation de la valeur du point d’indice de 22% ! Augmentation immédiate indiciaire de 183€ nets mensuels pour tous les personnels !
- Aucun nouveau recul de l’âge de départ à la retraite ! Abrogation de toutes les lois s’étant attaquées à nos retraites (Fillon-Chirac 2003, Woerth-Sarkozy 2010, Ayrault-Hollande 2013…) !

Avant, pendant et après les élections : pas de trêve pour les revendications !

§ Macron veut généraliser l’expérimentation marseillaise

§ Macron propose d’en finir avec les statuts, pour généraliser le salaire « au mérite »

§ La casse du statut, c’est la privatisation de l’Ecole

Détail du communiqué à lire ...

La FNEC FP-FO revendique plus que jamais :
- Le recrutement immédiat de personnels sous statut à hauteur des besoins !

- Aucune fermeture de classes ou de postes à la rentrée ! Création de tous les postes nécessaires !

- Augmentation de 22% de la valeur du point d’indice !

- Augmentation immédiate indiciaire de 183€ net par mois pour les personnels de l’Éducation nationale, comme l’ont obtenu les hospitaliers !

- Retrait de toutes les mesures de management (Grenelle-PPCR, évaluations d’écoles, formations-formatages,...) !

- Rétablissement du cadre national de l’Ecole, à commencer par le Baccalauréat !

 

Un protocole sanitaire ingérable

Depuis la rentrée de janvier la colère explose dans les écoles. (lire les documents joints)
Les personnels nen peuvent plus des protocoles Blanquer (le 49ème étant sorti le 6 janvier). Ils nen peuvent plus des ordres et des contrordres permanents, des personnels non remplacés, des pressions pour effectuer du télé-enseignement, de la charge de travail insupportable que le ministre fait subir aux directeurs... Ils constatent que le ministre se refuse à leur fournir les moyens de protection individuelle qui manquent toujours
.

Le ministre Blanquer claironne sa volonté de garder les écoles et les classes ouvertes... et cest très exactement le contraire qui se passe. Dans chaque département, ce sont des centaines de classes fermées faute de remplaçants.

  • Les élèves sont renvoyés chez eux en cas dabsences non remplacées, charge aux directeurs et enseignants de lannoncer aux parents délèves ou dessayer de les joindre...
  • En cas de COVID dans une classe, les élèves testés reviennent dans le plus grand chaos, charge aux directeurs et enseignants de contrôler les attestations sur lhonneur ou de contacter les parents, encore, alors que ces tâches de santé publiques devraient relever des services de lARS...
  • Les personnels quant à eux, ne bénéficient toujours pas des mesures de protection que lemployeur devrait assurer, suivi médical, masques FFP2 et tests pour ceux qui le souhaitent...
  • Et pour les élèves qui restent chez eux, les personnels subissent toujours plus de pressions pour effectuer de lenseignement à distance, en dehors de toute règlementation !

Une situation jamais vue depuis bientôt deux ans !

Le Snudi Force Ouvrière des Landes écrit aux sénateurs, députés et maires landais.

560 signataires exigent:

  • la création de postes d’enseignants sous statut et formés .

  • l’ouverture de la liste complémentaire de recrutement au concours d’enseignants.

  • l’intégration rapide d’enseignants disponibles et qui demandent à rejoindre le département des Landes

SIGNEZ https://www.change.org/des-remplaçants-écoles-40 et PARTAGEZ

Le mouvement national POP : la voie ouverte à un mouvement interdépartemental totalement déréglementé

Cette année, pour la 1ère fois, le Ministère de l’Education nationale a introduit 236 « postes à profil » (POP) dans le mouvement interdépartemental, malgré un vote unanime des organisations syndicales contre ces POP lors du Comité Technique Ministériel du 13 octobre.

Ces 236 postes représentent 6,7 % des mutations obtenues l’année dernière.

Ce mouvement national POP permet à chaque DSDEN d’opérer un recrutement à l’échelle nationale, hors barème, à la manière du recrutement des entreprises dans le privé. Il est donc une remise en cause directe des perspectives de mutation pour les collègues qui font valoir une priorité légale de mutation (rapprochement de conjoints, handicap...) et une nouvelle attaque contre notre statut.

Ce sont de fait 236 postes qui ne sont plus dans le mouvement au barème !

Le Snudi-FO dit NON !!

Haut de page