Archive d'actualités

Retour à 4 jours pour tous dès la rentrée 2024 !

Rassemblement devant la DSDEN ce mercredi 12 juin à 12h45

3 juin: résultat du mouvement des PE, vous pouvez faire des recours !

  Rappelons que dans la cadre de la loi de transformation de la fonction publique, dont le SNUDI-FO exige l’abrogation, les résultats ne sont plus communiqués aux organisations syndicales représentées en CAPD.
Néanmoins, le syndicat peut jouer un rôle important sur la question des recours, suite aux résultats du mouvement départemental.
En effet, tout collègue s’estimant lésé suite aux résultats du mouvement peut effectuer un recours à l’attention de l’IA-DASEN. Il existe deux types de recours : le recours de droit commun et le recours mandatant le SNUDI-FO.
Les collègues peuvent effectuer un recours en mandatant le SNUDI-FO dans deux cas de figure :
- S’ils n’ont obtenu aucun vœu
- S’ils ont obtenu un vœu non demandé

Le SNUDI-FO peut demander à être reçu en bilatérale auprès de l’IA-DASEN afin de défendre tous les dossiers, notamment pour la phase d’ajustement du mouvement et les affectations provisoires.
La FNEC FP-FO étant représentée au comité technique ministériel, la totalité des syndicats départementaux du SNUDI-FO (qu’ils soient représentés en CAPD ou pas) peuvent être mandatés par les personnels.
Avec la mise en place des MOB, des collègues ont été affectés sur un vœu qu’ils avaient demandé, mais qui peut les mettre en difficulté (type de poste, affectation trop éloignée…) Avec les recours de droit commun, le syndicat peut accompagner ces collègues pour faire une demande de réaffectation.
Communiquez vos résultats au SNUDI-FO 40.
Contactez le SNUDI-FO 40 afin de vous permettre de rédiger vos recours. snudifo40@gmail.com

Fabrice 0622368412

Isabelle 0684739343

Résolution de l AG du Snudi FO

le 31 mai 2024

Prix du déjeuner pour les AESH

lettre à l'AML et à tous les maires des Landes

Compte rendu du CDAS du 14 mai 2024

intervention du Secrétaire Général de la DSDEN : exposition de la situation financière : annonce des changements dans l’étude des dossiers à cause du contexte budgétaire. Le budget 2024 n’a pas encore été notifié, mais on peut craindre une baisse de 25 à 30 %, prévision basée sur la constatation des baisses dans les autres services de la DSDEN ...

Les économies décidées par le MEN, en autre, sur le dos de l'Action Sociale des personnels, et tout particulièrement les plus précaires. Pour FO, scandaleux et inacceptable !

Au cours de cette CDAS, la FNEC FP-FO 40 est intervenue pour que tous les personnels de l'E.N. éligibles ( avoir un Indice Majoré inférieur ou égal à 539), et qui en font la demande, puissent percevoir la prestation "repas" de l'Action Sociale (1,47€).

Force ouvrière agit pour une inclusion scolaire de qualité et contre une inclusion forcée, systématique et à bas coût.

Synthèse du travail déjà accompli cette année scolaire !

L’inclusion systématique, forcée et à bas coût, au détriment de l’enseignement adapté et spécialisé, un dossier défendu sans relâche et avec détermination durant toute cette année 2023/2024 par la section syndicale fédérale départementale des Landes de la FNEC FP-FO et ses syndicats, notamment le SNUDI-FO 40, le SNFOLC 40 et le SNETAA-FO 40.

NON au tri des élèves !

Prise de position et appel des AESH en réunion syndicale FO le mardi 9 avril 2024, au Collège de SOUSTONS (40)

Nous, Accompagnantes d’Elèves en Situation de Handicap, précaires de l’Education Nationale, syndiquées et non syndiquées, en réunion d’informations syndicales ce jour, mardi 9 avril 2024, avec la FNEC FP-FO des Landes, au collège de SOUSTONS, tenons à exprimer publiquement notre plus vive inquiétude si la réforme ATTAL/BELLOUBET du « choc des savoirs » devait se mettre en œuvre malgré l’opposition de tous les syndicats de l’Education Nationale, d’une large majorité des parents d’élèves, et au-delà de tous les citoyennes et citoyens attachés à l’Ecole publique.

Une simple question, nous qui accompagnons quotidiennement des élèves en situation de handicap des 1er et second degrés : si cette réforme de tri des élèves par niveaux se mettait en place, que deviendraient nombre de nos élèves en situation de handicap ? Des élèves ultra-stigmatisés voués au niveau « faible » durant toute leur scolarité ? Est-ce cela l’inclusion bienveillante du Président Macron ? Nous refusons ce tri maltraitant.

Comme les enseignants, comme les parents d’élèves, nous exigeons le retrait pur et simple des textes réglementaires relatifs au « choc des savoirs » publiés le 17 mars.

D’autre part, nous réaffirmons, ci-dessous, les revendications des AESH, défendues depuis des mois pour certaines, des années pour d’autres, avec le soutien de la majorité des syndicats, notamment de FORCE OUVRIERE. Mais, il y a loin de la coupe aux lèvres ! Monsieur le Président, Monsieur le premier Ministre, Madame la Ministre de l’E.N., sachez que nous ne les lâcherons pas !

 

NOS REVENDICATIONS D’AESH

  • La création d’un statut de la Fonction publique de catégorie B, pour un vrai déroulement de carrière et une grille salariale qui nous permette de vivre de ce seul métier ;
  • Un temps plein, rémunéré à 100%, dès 24 heures d’accompagnement par semaine ;
  • Le versement de la « prime informatique » annuelle, comme les enseignants  (176€ bruts) ;
  • Le retrait de l’Acte II de l’Ecole inclusive annoncé par Macron, donc :
  • Le retrait du projet de fusion des deux métiers spécifiques AESH et AED en ARE, Accompagnant à la Réussite Educative ;
  • L’abandon des PIAL et le retrait du projet des PAS, Pôle d’Aide à la Scolarité ;
  • La fin de la mutualisation, qui se traduit pour nous par une flexibilité à outrance, pour un retour majoritaire de l’accompagnement individuel, en application du strict respect des notifications de la Maison Landaise des Personnes Handicapées - MLPH ;
  • Le maintien et le développement des structures sociales et médico-sociales (IME, ITEP,
    IM-Pro…) pour le respect du droit de certains de nos élèves à un enseignement adapté et spécialisé à leur handicap, quel que soit le coût financier et humain.
    (enseignants et éducateurs spécialisés, équipe de soins, classes à effectif réduit, locaux adaptés…).
  • Une véritable formation professionnelle et qualifiante sur le temps de classe ;
  • La création d’AESH-Remplaçants par PIAL, pour assurer les absences des collègues, en particulier en cas de congé maladie.

 

APPEL A TOUS LES COLLEGUES AESH DES LANDES

POUR gagner l’abandon des mesures « choc des savoirs », POUR gagner un investissement massif pour l’École publique en vue de la réussite de tous les élèves, dont ceux en situation de handicap et POUR défendre nos revendications d’AESH, nous décidons de nous joindre à toutes les initiatives intersyndicales qui seront prises dans les Landes à partir de la rentrée des congés de printemps, soit le lundi 29 avril.

Nous invitons tous nos collègues AESH du département à faire de même : la défense de l’Ecole publique, celle de la République, et de son enseignement, est l’affaire de toutes et de tous !

Liberté, EGALITE, fraternité !

 

Adopté à l’unanimité

Haut de page